• Asie
  • Par Ekooking
  • 18 mars 2021
    Partager:

    La cuisine vietnamienne se veut légère, mais savoureuse. Elle s’avère excellente pour la santé et pour le palais. Beaucoup de spécialités du pays se sont externalisées. Cependant, rien n’équivaut de vivre l’expérience de goûter au goût originel des produits sur leur territoire même. On sent dans ces plats les influences chinoises et françaises.

    Différentes manières d’utiliser et de cuisiner le riz à la mode vietnamienne

    Parmi la liste des spécialités vietnamiennes les plus connues, le riz existe en plusieurs versions. Ainsi, certains aiment le parfumer, et d’autres le choisissent gluant. Parfois aussi, c’est la farine qu’on en tire qui importe dans la recette. Celle-ci va servir à la fabrication du bánh cuon. Cette crêpe se farcit de viande de porc en général, accompagnée d’oignons et de cacahuètes grillées. Elle se mange en entrée le plus souvent. D’autres fois, la farine sert à confectionner des vermicelles qui font partie du Bun cha. Les pâtes s’accompagnent de lard et de boulettes de porc haché puis grillé et saucé. Le riz gluant s’obtient en sélectionnant une variété particulière de céréales. Il faut le cueillir à maturité, mais pas trop non plus. Il est séché dans une poêle chaude, puis pilonné et enveloppé dans une feuille de lotus ou de bananier.

    Découvrir l’étendue des possibilités avec les diverses soupes de nouilles

    Les non-gastronomes peuvent croire que toutes les soupes de nouilles se ressemblent. Cela est d’autant plus faux au Vietnam. La star de ce pays reste sans conteste le Pho. Son appellation s’allonge en fonction de sa garniture. Impossible de passer un séjour au vietnam sans goûter à ce morceau de réconfort. Il devient un Pho Bo lorsqu’on y incorpore de la viande, et un Pho Ga quand il y a du poisson. On en trouve partout, à toute heure et pour seulement quelques pièces au Vietnam. La soupe épicée, appelée bún bò Huế, se veut très riche. Sa saveur unique vient des divers ingrédients qui y sont incorporés. La citronnelle donne un goût acidulé et une merveilleuse odeur. À elle s’ajoutent le basilic, la coriandre et le mam ruôc. Il s’agit d’une pâte de crevettes assez appréciée en Asie en général. Elle apporte un goût vraiment particulier au bouillon.

    Finir sur une note sucrée grâce aux desserts et confiseries vietnamiennes

    Il nous faut évoquer les desserts vietnamiens afin de montrer l’étendue de sa gastronomie. Comme les plats, les sucreries sont joliment présentées et odorantes. Certains locaux aiment les déguster avec du cà phê trứng ou café à l’œuf. Le jaune servait à remplacer le lait à l’époque de la création de la boisson. Les aventuriers culinaires ne devront pas manquer d’en absorber pendant un séjour au vietnam pour montrer leur courage. Avec ce café, rien de mieux qu’un Chè. Ce dessert se compose de haricots blancs, de patates douces parfois, de maïs souvent et surtout de lait de coco. Durant les fêtes, notamment celle de la Mi-Automne, on y mange des báhn deo et des bánh nuong. Ces petits gâteaux de lune se composent de riz gluant et de pâte de haricots pour l’un. Dans l’autre, il y a du coco et du riz jeune enrobés de farine grillée.